Gutenberg est l'homme qui a inventé l'imprimerie avec notamment la publication de la Bible au XVe siècle. C'est aussi le nom d'une extension WordPress à l'origine de vives controverses au sein de la communauté WordPress. Je vais tenter de vous exposer les faits le plus clairement possible afin que vous preniez conscience de ce qui s'annonce comme la rupture technologique pour le projet WordPress.

Vous recherchez un développeur WordPress capable de vous créer un thème sur-mesure ? C'est mon métier depuis plus de 8 ans, prenez contact et discutons de votre projet.

Gutenberg

Les objectifs du projet Gutenberg

Le projet Gutenberg pour WordPress part du constat que la puissance de WordPress est encore trop réservée aux seuls développeurs et que les utilisateurs finaux, autrement dit ceux qui rédigent de nouveaux contenus, n’en font qu’un usage limité. Il est vrai que publier du contenu basique comme du texte et des images est facile mais dès lors que nous cherchons à accomplir quelque chose d’un peu plus sophistiqué nous devons rentrer dans des considérations techniques parfois rédhibitoires.

Un exemple récurrent concerne la mise en ligne de vidéo qui nécessite de fournir les formats compatibles avec les différents navigateurs, éventuellement des sous-titres, une image de couverture pour finalement s’apercevoir que votre serveur n’est tout simplement pas adapté pour faire du streaming vidéo. Dans le même ordre d’idée, la publication d’une galerie de photos n’est en rien compliquée à créer mais les résultats sont plutôt décevants et il nous faudra installer une extension ou un module de Jetpack pour obtenir un affichage engageant.

Évidement, on pourra me répondre que ces considérations techniques ne sont pas toutes liées à WordPress mais plutôt à des aspects inhérents à l’état des standards techniques du Web actuel. Certes, mais l’utilisateur final, celui qui publie au quotidien il s’en contrefiche et il a bien raison. Ce n’est pas son rôle de se préoccuper de cela mais bien aux développeurs d’améliorer son expérience utilisateur.

Partant de ce constat, on ne peut évidemment que se réjouir d’une telle initiative qui vise à simplifier toujours plus la publication de contenu sur le Web. C’est tout de même la raison d’être des systèmes de gestion de contenu dont WordPress est, rappelons-le car cela aura son importance pour la suite de mon propos, le numéro 1 sur le marché actuellement.

Cet objectif général est, je le crois, bénéfique au projet. Cependant, quand on rentre dans les détails du projet, de nombreux points suscitent des interrogations, non sans fondements, que je vais détailler en séparant la technique de l’économique.

Gutenberg en vidéo

Rien de tel qu’une démonstration vidéo de l’outil dans sa version 1.9.1 sur une installation locale de WordPress. Je vous livre ici mes impressions au fil de l’eau sous l’angle de l’utilisateur final :

N’hésitez pas à tester avec une version à jour de l’extension, celle-ci évolue au jour le jour.

Obtenir Gutenberg

Il est prévu que Gutenberg, disponible actuellement sous forme d’une extension, soit intégré au coeur de WordPress dès la version 5.0.

Gutenberg

Extension prochainement incorporée au core de WordPress à la place de l'éditeur actuel.

Taille : 1,3 Mo  • Hits : 191

C’est donc imminent et je ne peux donc que vous inciter à l’installer dans un environnement de test pour évaluer les conséquences techniques sur vos projets en cours.

Les bouleversements techniques à venir

Pour situer le contexte, l’une des mes activités principales au sein de ma société consiste à développer des thèmes WordPress sur-mesure basés sur des maquettes conçues par un web-designer. Je fais ce métier depuis bientôt 8 ans et j’utilise WordPress depuis plus de 10 ans. J’ai donc vu les évolutions du projet et ce qui s’annonce est juste sans précédent – pour le meilleur ou pour le pire.

Le projet Gutenberg va plus loin, beaucoup plus loin qu’une simple refonte de l’éditeur de contenu de WordPress. Gutenberg introduit la notion de blocs pour faciliter l’ajout, la modification et la suppression d’éléments au sein d’un contenu, à commencer par les articles. Nous pourrions faire la comparaison avec les célèbres constructeurs de pages qui sont légions comme Visual Composer, Beaver Builder, Divi Builder, Elementor et bien d’autres. Pour ma part, je n’ai jamais été un grand défenseur de ces outils qui complexifient le processus de publication et qui sont bien souvent à l’origine de problèmes techniques (performances, référencement, accessibilité, etc.). Néanmoins, ils ont contribué – au même titre que les thèmes premium, à l’adoption massive de WordPress portant ainsi cette solution à bientôt 30% de parts de marché.

À terme, c’est la façon de personnaliser WordPress qui sera donc concentré autour de la notion de blocs. Adieu les menus, les widgets et autres shortcodes ! Tout passera par des blocs via Gutenberg.

Et c’est bien là le problème. Autant je suis favorable à tout ce qui peut améliorer le processus de publication de contenu sous WordPress, autant je ne le suis pas pour des aspects qui visent à mélanger publication et personnalisation. Il faut, à mon sens, conserver la séparation entre le contenu et le contenant. C’est l’essence même de nos métiers mais j’y reviendrais plus tard.

En outre, un développeur ou même un webmaster sans connaissances en programmation peut parfaitement comprendre les mécanismes de personnalisation de base proposés par WordPress qui sont accessibles via le menu Apparence. Certes, ce n’est pas parfait mais cela fonctionne très bien.

Ce qui me laisse pantois dans les objectifs recherchés du projet Gutenberg, c’est bien de s’attaquer à des points qui fonctionne plutôt bien à l’heure actuelle grâce à l’écosystème de WordPress. Nous pourrions segmenter les usages en 3 groupes :

  1. Les utilisateurs qui se contentent de l’éditeur classique de WordPress ;
  2. Les utilisateurs qui enrichissent l’éditeur avec des constructeurs de pages ;
  3. Les utilisateurs qui disposent d’une interface d’administration personnalisée pour les besoins du projet et notamment avec Advanced Custom Fields ;

L’argument avancé consiste à dire que ce morcellement des usages ne facilitent pas la publication de contenu et qu’il faut y mettre de l’ordre. Soit, mais ce n’est pas un problème et c’est bien là la force de WordPress. Si les fonctionnalités natives ne sont pas suffisantes, libre à tout un chacun de l’enrichir via des extensions. Ce qui me dérange c’est de perdre notre liberté au profit d’un système unique géré par Gutenberg. Il a été mentionné que cela n’était pas problématique dans la mesure où nous pourrions toujours conserver l’éditeur actuel… à condition toutefois d’activer l’extension Classic Editor avant le passage à la version 5.0. Dès lors pourquoi s’inquiéter ? Finalement, nous aurons le choix d’emprunter la nouvelle voie ou de rester sur l’actuelle. Et bien disons que c’est un peu plus compliqué que cela.

Tout d’abord, Gutenberg sera actif de base dans la version 5.0 et même s’il est à prévoir que de nombreux utilisateurs seront réfractaires au changement, il leur sera avant tout imposé et donc nous devrons adapter nos habitudes de travail. Cela signifie qu’à terme la rétrocompatibilité avec l’éditeur classique ne sera pas maintenue. Si l’on cherche à réduire le morcellement des usages, ce n’est pas pour en créer un quatrième à la liste énoncée ci-dessus. L’idée sous-jacente consiste donc à ce que l’ensemble des utilisateurs passent sur Gutenberg.

Les premières questions qui me viennent à l’esprit sont les suivantes :

  1. Les sites développés avec des constructeurs de pages seront-ils toujours fonctionnels lors du passage à la 5.0 ?
  2. Nous avons expliqué pendant des années comment fonctionne WordPress à de nombreuses personnes que ce soit au travers de formations professionnelles, de meetups, de WordCamps ou autre. Ces personnes n’ont eu aucun mal à évoluer avec les différentes mises à jour qui sont venues enrichir l’éditeur par petites touches. Là, c’est un changement radical qui va nécessairement entraîner beaucoup de support et de frustration de leur part et à juste titre ;
  3. Pourquoi ne pas respecter la logique initiale de WordPress en donnant le choix à l’utilisateur d’installer ou non Gutenberg ?
  4. Comment respecter la charte graphique adaptée initialement si l’utilisateur peut la modifier à sa guise ?
  5. Vais-je devoir modifier un par un tous les sites précédemment conçus avec WordPress pour en assurer leur compatibilité ?

Au final, il y a de fortes chances que nous nous retrouvions avec des sites qui resteront indéfiniment sur la 4.9 et d’autres, des utilisateurs nouveaux, qui seront en 5.0 sans avoir connu le reste. Nous pourrions donc assister à une fragmentation sans précédent des versions de WordPress. Bien sûr des efforts sont actuellement menées par les équipes du projet afin de minimiser au maximum les problèmes de compatibilité. Je tiens d’ailleurs à saluer les échanges entrepris par Riad Benguella sur le canal dédié à Gutenberg sur Slack de la communauté francophone. Mais étant donné les dizaines de milliers d’extensions disponibles actuellement sur le répertoire officiel, autant dire que les premiers mois du déploiement seront douloureux.

Concrètement, je souhaiterais mentionner deux points techniques très évocateurs du ressenti d’une partie de la communauté des développeurs :

  1. Les types de contenus personnalisés devront autoriser l’API REST pour fonctionner : pour ma part je désactive systématiquement cette API qui ne présente aucun intérêt pour mes projets professionnels, d’autre part je me vois mal éditer tous les sites développés ces dernières années pour activer cette option ;
  2. Certaines zones de métadonnées ne seront plus fonctionnelles : en d’autres termes, certaines extensions ne seront plus compatibles et il y a fort à parier que vous soyez bloqué pour mettre à jour. Certains développeurs ne feront tout simplement pas les efforts pour un tel changement technologique et seront découragés, certains utilisateurs feront la mise à jour par eux même, casseront leur site et dénigreront le projet WordPress ;

Rien que ces deux points me paraissent particulièrement représentatifs de l’approche choisie pour mener ce projet. À ce jour, ces questions ne trouvent pas de réponses rassurantes comme j’ai pu le lire sur cette discussion GitHub. Or, rappelons que Gutenberg doit être déployé dans la version 5.0 : ce délai d’adaptation est simplement trop court ! Il m’a été rappelé plusieurs fois que le projet est annoncé de longue date et que nous avons eu le temps de l’anticiper. Je ne vois pas comment on peut adapter son code sur une extension en version de test et qui n’est compatible avec rien… je n’ai pas non plus des journées entières à consacrer à la veille autour de Gutenberg soyons clairs sur ce point.

Enfin, évoquons l’absence de documentation technique sur Gutenberg. Il ya bien un handbook mais je le trouve encore trop limité sur le sujet. J’ai bon espoir que cela viendra bientôt. Un livre blanc de chez Human Made peut également vous intéresser.

Tel que Gutenberg pour WordPress nous est présenté à l’heure actuelle dans sa vision de long terme, mon sentiment est qu’il correspond ni plus ni moins qu’à un fork du logiciel tel que nous le connaissons aujourd’hui. D’autres solutions auraient déjà forké pour moins que ça… mais quand on est Automattic et que l’on vise la situation de monopole avec 50% de parts de marché on ne peut tout simplement pas se le permettre comme je vais tenter de vous l’expliquer ci-après.

Un écosystème WordPress amené à se renouveler

La force de WordPress c’est sa communauté et l’écosystème qui gravitent autour. Le projet est porté par des contributeurs bénévoles (développeurs, traducteurs, designers, etc.) et leur appartient.

Automattic et les communautés

Le non choix imposé par Gutenberg soulève nécessairement des interrogations sur la stratégie menée par la société Automattic. Rappelons que cette multinationale dirigée par Matt Mullenweg – fondateur du projet WordPress, supporte le projet au même titre que WooCommerce, Jetpack, Akismet et d’autres. Elle tire ses revenus de la plateforme de sites WordPress.com et de la vente d’extensions officielles pour WooCommerce.

Ces dernières années des choix stratégiques ont été initiés et poussés par Automattic au sein de la communauté :

  • Inciter les développeurs à se former à JavaScript : c’est ainsi que l’interface des sites sous WordPress.com est maintenant entièrement écrite en JavaScript – projet Calypso, et il nous a été fortement conseillé d’apprendre ce langage que les développeurs PHP n’apprécient pas forcément. L’argument des performances d’affichage était bien souvent mis sur le devant de la scène alors même que PHP 7 a changé la donne quelques temps après ;
  • Imposer Gutenberg comme nouvelle interface de création de contenu et de personnalisation écrite en JavaScript ;
  • Pousser les blogueurs à faire la promotion des produits et services de chez Automattic via la nouvelle plateforme d’affiliation : autant je n’ai rien contre le fait d’avoir quelques liens affiliés sur son site, autant il faut s’interroger sur les buts recherchés ;
  • L’intégration de thèmes et d’extensions au sein de leur plateforme ;

On voit bien ici que les actions entreprises par Automattic visent à utiliser la force de la communauté non pas à l’avantage du projet WordPress en tant que tel mais bien à accomplir ses propres objectifs marketing et financier. Des objectifs que nous sommes en droit de ne pas partager et qui dénature l’essence même de la passion que je voue au projet. Chaque multinationale dispose d’une armée d’utilisateurs et de développeurs qui lui sont fidèles, c’est le cas chez Apple, Google, Microsoft et consorts. Automattic ne peut pas nous demander cela, le projet est open source et nous sommes libres de le soutenir ou non. On ne peut donc pas nous demander de continuer à assurer sa promotion si nous n’en partageons plus les valeurs.

WordPress chasse-t’il après WIX ?

Comme par le passé, je constate que la stratégie générale consiste à chasser après des solutions propriétaires soi-disant concurrentes de WordPress. Je reprends à mon compte ce commentaire de Hashim Warren sur l’article de Beaver Builder qui illustre parfaitement la situation et que je traduit ici :

Rappelez-vous quand Automattic est devenu obsédé par Tumblr ?

Alors ils ont fait Post Formats.

Pour capter de nouveaux utilisateurs ! Pour normaliser les développements de thèmes ! Parce que nos investisseurs !

Et qu’est-il arrivé ? Personne n’a utilisé les formats d’articles. Et Tumblr s’est évanoui et a été racheté par Yahoo!.

Maintenant, nous poursuivons Squarespace et Medium.

Donc ils font Gutenberg.

Pour capter de nouveaux utilisateurs ! Pour normaliser les développements de thèmes ! Parce que nos investisseurs !

Mais cette fois, il y a rupture technologique.

Et étrangement, ils sont même prêts à briser le paradigme piloté par la base de données qui rend WordPress si attrayant pour les sites de plus de quelques dizaines de pages.

Alors oui, je suis terrifié. Je viens de regarder une démo de Gutenberg qui a fait un site rigide et laid […].

Ils nuisent aux entreprises de l’écosystème WordPress en construisant des dispositifs que nous avons déjà.

#ForkWordPress

Dans la Foire Aux Questions, nous pouvons également lire que la troisième étape du projet consiste à créer un constructeur ou site builder en anglais… autrement dit un équivalent de WIX à la sauce WordPress ? Pour moi les usages ne sont pas les mêmes et brident les possibilités. Conservons l’identité propre à WordPress avec ses forces actuelles et corrigeons ses faiblesses.

Mon analyse personnelle

Si je devais résumer la situation telle que je l’a perçoit – à tort ou à raison d’ailleurs, je dirais que :

  • Nous disposons déjà de solutions matures et stables pour atteindre les objectifs initiaux du projet Gutenberg ;
  • Que la progression constante en termes de parts de marché prouvent l’efficacité du modèle de développement actuel ;
  • Et que par conséquent, il s’agit bien là d’une rupture technologique qui ne semble pas servir l’intérêt général de la communauté mais bien ceux d’une entreprise dont les intérêts sont divergents.

Ces propos n’engagent que moi et permettent d’exprimer clairement ma pensée qui ne peut être réduite en quelques dizaines de caractères. Ce n’est ni un article coup de gueule, ni un article à visée polémique. Je cherche simplement à analyser une situation au travers d’arguments afin de susciter des débats intéressants et pertinents qui profitent à chacun de nous.

22 commentaires
  1. WP FORMATION

    100% d’accord et inquiet sur l’approche choisie pour imposer Gutenberg dans nos WordPress 5.0.

    Au final, tout comme toi ce que je ressens c’est surtout « une rupture technologique qui ne semble pas servir l’intérêt général de la communauté mais bien ceux d’une entreprise dont les intérêts sont divergents. »

    1. Aurélien Denis auteur de l’article

      Quand la communauté se sent menacée, la communauté contre-attaque !

  2. Luc Page

    Bonjour, merci pour cette synthèse quelque peu inquiétante… la sortie de cette MAJ est prévue pour quand ? Sauf erreur de ma part je ne la vois pas dans l’article.

  3. Riad Benguella

    Merci pour l’article, plus on en parle mieux c’est.
    Pour les gens inquiets, je vous recommande de voir ces deux vidéos sur le sujet:

    https://wordpress.tv/2017/12/04/matt-mullenweg-state-of-the-word-2017/ (à partir de la 36ème minute)
    https://wordpress.tv/2017/12/10/morten-rand-hendriksen-gutenberg-and-the-wordpress-of-tomorrow/

    Pour ce qui est de l’article, plusieurs points incorrects, je reviens sur quelques uns:

    > Les types de contenus personnalisés devront autoriser l’API REST pour fonctionner

    C’est vrai pour le moment à cause d’une limitation de la REST l’API, ce point de blocage sera levé avant le merge, tout les post types avec `show_ui => true` afficheront Gutenberg

    > Certaines zones de métadonnées ne seront plus fonctionnelles

    Ce n’est pas vrai, toutes les zones seront bien fonctionnelles.

    > Automattic VS WordPress

    Ce n’est que chimère. On travaille pour WP avant de travailler pour Automattic, mais je comprend que ça soit difficile à comprendre étant donné que Automattic est une entreprise à but lucratif. Mais de la même manière que d’autres entreprises “give back” à la communauté comme XWP, Yoast, … Automattic le fait. Gutenberg n’est pas un projet Automattic.

    Si Automattic voullait absolument Gutenberg pour ses propres intérêts, on l’aurai déjà fait directement sur Calypso, il y’a bien longtemps et on se serait évité pleins de problèmes de Backwards Compatibility, Conflits avec d’autres plugins etc… ROI beaucoup plus intéressant.

    1. Valentin

      « Ce n’est pas vrai, toutes les zones seront bien fonctionnelles. »
      Tu as une source concernant ce point, cela m’intéresse ? C’est un point qui à l’air d’être assez peu abordé quand on parle de Gutemberg et qui pourtant me paraît relativement primordial pour maintenir le bon fonctionnement des sites en productions?

  4. Fabrice C.

    Merci pour cet article de (grande) qualité Aurélien !
    Je partage tout à fait tes convictions, et je retrouve dans ton texte et les liens que tu proposes, pas mal d’arguments qui me sont venus à l’esprit.
    Est-ce que cette levée de bouclier que je sens forte coté FR existe également coté EN ?
    N’y-a-t’il pas une indignation chez les constructeurs de thème et de builder dont le poids économique est au moins égal sinon supérieur à Automattic et consort ?
    Cette indignation sera en tout cas présente à un moment ou à un autre chez les utilisateurs finaux. S’ils sont moins expérimentés, ils en voudront à « WordPress » sans savoir contre qui retourner cette colère (…de retrouver leur site chamboulé) ; s’ils ont fait appel à un pro, ils se tourneront vers le professionnel qui a créé leur site, sans pour autant vouloir le payer à la hauteur des transformations à mener.

  5. En tant qu’utilisateur « de base » de WordPress, j’avoue que cette polémique me passe au dessus de la tête. J’ai connu WP à une époque où l’écosystème économique autour de WP était nul. Voir se développer tous les produits et services autour de WP m’ont laissé froid — pour ne pas être plus méchant — même si j’ai accepté de payer pour étendre mon utilisation de WP. Je m’adapterai sans problème à Gutenberg et j’ai plus l’impression d’un débat de nantis autour de ce dernier.
    Personnellement, vu la nature du projet de WP, je conseillerai de penser au développement d’un fork si les choix d’Automattic se révélaient vraiment désastreux pour l’avenir de WP. Mais quel avenir exactement ?

  6. Moi ce qui me choque le plus c’est que j’ai l’impression que l’équipe en charge n’admet pas le b.a.-ba de tout concepteur, qu’il soit développeur ou autre : de même que le bonheur ne s’impose pas, la qualité ou la cohérence ne s’imposent pas. Pour 2 raisons essentielles : la première parce que cela cristallise les rancœurs et que c’est donc un choix bien mauvais sur le plan purement stratégique, la seconde justement parce qu’on reconnait la qualité et la cohérence à leur capacité à attirer et convaincre plutôt que de passer en force. On reconnait donc ainsi leur parfait opposé, imperfection & confusion, dans les solutions imposées. Imposées car conscientes de ne pas avoir le potentiel pour convaincre.
    Ne pas admettre cet élément c’est partir au casse-pipe : fork, refus d’une partie la communauté des développeurs WP que leurs clients suivront, perte du statut de CMS porteur de valeurs, etc etc.
    Proposer Gutenberg en plugin et ne pas l’imposer eut été faire preuve de courage et d’honnêteté intellectuelle mais surtout eut apporté une chance à l’outil d’être adopté avec bienveillance.
    Et je lis davantage de méfiance que de bienveillance actuellement…

  7. Bonjour Aurélien,

    Merci de partager ton analyse de la situation. Je l’ai lu avec attention, je la respecte, et comprends tes inquiétudes par rapport aux bouleversements que ça peut engendrer pour ton activité professionnelle.

    Avant tout, comme toi, je crois qu’il est important de souligner le super travail de communication de Riad dans la chaîne #gutenberg du Slack de WordPress-fr (je vous conseille de le rejoindre!). J’ai par ailleurs lu qu’il avait commenté plus tôt ton article. Je pense qu’il est aussi important de saluer le travail de l’équipe de développement de Gutenberg qui a dû faire face à de nombreux obstacles, critiques, ou réserves depuis le lancement du projet par Matias à la mi-janvier 2017. Bravo à eux d’avoir tenu bon pour nous proposer une nouvelle manière d’écrire dans WordPress.

    Je vais me permettre de nuancer certains de tes propos, car il me semble qu’ils relèvent de ton interprétation plutôt que de faits avérés.

    1/ Gutenberg n’est pas une extension comme les autres.
    Il s’agit du projet visant à élaborer le nouvel éditeur de WordPress qui a été annoncé lors du state of the word 2016. Il a été packagé sous la forme d’une extension pour rendre plus facile ses tests. Mais il faut plus y voir un mode de développement « feature as a plugin » comme ça a été le cas pour la Rest API, les WP Embeds, l’icône de site etc.

    2/ « Logique initiale de WordPress »
    Je pense que Matt a été très clair lors du state of the word en question. La logique a toujours été d’enrichir WordPress d’un nouvel éditeur selon une approche en « blocs ». En tout état de cause, la logique de WordPress lorsqu’il s’agit d’une nouvelle fonctionnalité est l’activation par défaut et non pas ce que tu écris. La Rest API est activé par défaut, tout comme les mises à jour automatiques, l’icône de site etc…

    3/ Automattic est une multinationale
    Je pense que ce qualificatif est un peu exagéré. Automattic a un nombre de salariés de l’ordre d’une PME. Son modèle est simplement différent des entreprises classiques puisque ses salariés sont « distribués » aux quatre coins du monde.

    4/ JavaScript et la Rest API
    Je crois que l’orientation vers plus de JavaScript dans WordPress et les conseils de Matt à ce sujet sont surtout dictés par l’évolution de notre « consommation » du Web. On utilise de plus en plus notre mobile pour surfer. PHP reste la base de WordPress, JavaScript est un moyen de créer des interfaces plus dynamiques et la Rest API une manière beaucoup plus performante et modulaire d’établir le dialogue entre les deux (voire entre sites/avec une appli etc..). J’utilise tout ça avec beaucoup de plaisir et de curiosité

    5/ Automattic et la communauté
    S’agissant du cas précis de Gutenberg, Riad a déjà répondu. Et effectivement, il aurait certainement été plus facile de développer Gutenberg sur WordPress.com pour pourquoi pas l’intégrer à JetPack dans un deuxième temps. En tout cas, si je ne voyais que l’intérêt de mon entreprise c’est ce que je ferais !
    Je crois au contraire que sa démarche est beaucoup moins intéressée et relève plus de l’intérêt de l’écosystème dans son ensemble. Lorsqu’on innove de la sorte c’est généralement pour que ça soit encore plus difficile pour les concurrents de rivaliser. Il me semble que le contraire serait beaucoup plus inquiétant ! Je pense que Gutenberg est une manière de protéger l’écosystème WordPress en apportant une certaine standardisation grâce à son API des Blocks. En plus nous avons la chance d’apporter notre pierre à cette innovation en contribuant, je trouve ça plutôt exaltant!

    6/ « L’intégration de thèmes et d’extensions au sein de leur plateforme »
    J’imagine qu’il s’agit de WordPress.com. Moi ça ne me choque pas. Ce qui me choque plus pour le coup c’est qu’au sein de WordPress.org les extensions mises en lumière soient celles d’Automattic ou qu’Akismet soit inclu dans le téléchargement de WordPress par exemple.

    7/ « On ne peut donc pas nous demander de continuer à assurer sa promotion si nous n’en partageons plus les valeurs »
    Il me semble que les valeurs du projet et de la communauté WordPress restent inchangées et ne changerons pas avec l’arrivée de Gutenberg. Il est toujours possible de contribuer au projet, tout le monde peut intégrer la communauté, nous essayons toujours de rendre la publication sur Internet plus facile pour tous, etc..

    Pour finir, la décision est prise, la 5.0 approche et elle embarquera Gutenberg. Je nous conseille d’aller de l’avant, de contribuer à Gutenberg pour améliorer ce qui doit l’être, et de s’entraider pour que toute la communauté puisse profiter de cette innovation de rupture

  8. Grégoire Noyelle

    Hello Aurélien
    Merci pour ton article. Je rejoins l’avis d’imath sur la position d’Automattic. Je vois dans cette évolution une grande opportunité pour faire avancer le projet et l’écosystème.
    Comme toi, je n’ai jamais été fan des page builders et je trouve bancale l’utilisation des shortcodes.
    Et je recommande à tout le monde la chaîne slack sur le sujet.

  9. Merci pour ces impressions personnelles.
    Je vais tester de ce pas Gutenberg en tant qu’extension pour évaluer l’effet qu’il pourra avoir sur les sites de mes clients.
    Juste une petite question : comment fait-on pour suivre la chaîne slack ?

  10. Merci pour le lien, mais on me demande un mot de passe ou une invitation d’un administrateur du groupe pour me connecter…. je tourne en rond depuis tout à l’heure

  11. Bonjour Aurélien, et merci pour cet article !
    Je suis assez mitigé sur Gutenberg, sans voir que du noir.
    Comme il a été dit sur la chaîne slack sur le sujet, ce n’est pas le changement qui pose le plus problème. Car le changement est nécessaire pour évoluer (sinon on en serait resté à la v1 de WordPress). Alors oui, jusqu’à maintenant les transitions ont été smooth, et là, c’est assez radical. Mais il restera des méthodes alternatives pour faciliter ce passage. Non, à mon sens, il y a 2 problèmes principaux :
    – Les délais trop courts de cette sortie
    – La gestion de projets antérieurs (de ce côté, je suis plutôt « chanceux » d’être nouveau dans le métier)
    Comment va réagir le client ? Les questions que tu poses à ce sujet sont pertinentes, et je te rejoins là dessus.
    Là où je te rejoins moins, c’est sur l’effet sur la communauté. Je pense que comme WordPress, elle va évoluer pour tirer le meilleur parti de Gutenberg et corriger ses faiblesses. On reste contributeur au projet, donc rien n’est ancré dans le marbre. Après je ne suis pas fan des page builders non plus. Mais nous de faire en sorte que celui là soit au top !

  12. Totalement d’accord. Cela est un non sens et Gutenberge pourrait etre une simple extension facultative à ajouter. QUite à la rendre native dans quelques années si elle est bien intégrée et compatible au reste.

    J’ai près de 30 sites tournant sur worpdress avec des outils de type visual composer, certes loin d’être parfaits mais qui ont beaucoup évolué et qu’on ne peut aujourd’hui jeter à la poubelle.

    Si wordpresss 5.0 devait sortir et rendre nos anciens sites incompatibles avec visual composer ou certains thèmes premium, wordpress sera fini pour moi.

  13. Un grand merci Aurélien pour cet article ! N’ayant pas eu trop de temps à consacrer à la veille ces derniers temps, je découvre seulement ce projet et ça fait peur !!! Je suis comme toi et beaucoup d’autres assez inquiet à propos de ce changement de cap forcé et à commencer par la rétrocompatibilité des sites. Je ne me vois pas non plus reprendre l’intégralité des sites que j’ai fais pour les adapter, surtout qu’on a aucune idée de comment bien le faire aujourd’hui ! Affaire à suivre mais avec beaucoup de réserve et d’appréhension pour ma part…

  14. Personnellement , j’imagine déjà la galère sans nom que ça va être quand je devrais migrer mes 39 WordPress + d’autres à venir vers la 5.0 et Gutenberg.

    Comme quoi tout projet aussi bien soit-il fini toujours pas être dévoyé à un moment donné.

    Wait and See comme on dit….

Laisser un commentaire