Interview de Francis Chouquet, webdesigner et fan de WordPress

Francis Chouquet, web designer freelance passionné de WordPress, nous fait l’honneur de répondre à une série de questions en lien avec la plateforme WordPress. Les réponses dans la suite de l’article du point de vue du graphiste !

Bonjour Francis et merci d’avoir accepté cet interview pour WordPress Channel ! Pourrais-tu nous dire qui tu es, en quelques mots pour nos lecteurs ?

Donc, pour commencer je m’appelle Francis Chouquet, je suis web designer depuis 2006. J’ai un parcours assez particulier puisque j’ai fait une école de commerce, puis un master en Supply Chain Management pour terminer par prendre des cours aux Beaux Arts de Bâle (peinture et illustration). J’ai aujourd’hui un blog principal, fran6art.com qui tourne depuis le début, en 2006 donc. Le sujet principal y a été WordPress pendant très longtemps puis évolue progressivement vers le web design. Mais je n’oublie pas WP pour autant, je pense que des articles où on mélange les deux seraient très intéressants. Il faut juste que je trouve le temps de le faire !!

Toujours en rapport avec WordPress, je suis en train de mettre sur pied une boutique en ligne de thèmes Premium (aussi pour Tumblr). Le tout devrait voir le jour en début d’année 2011. On croise les doigts !!

A ce propos, parlons de WordPress 3.0 ! Riches de nouvelles fonctionnalités tant pour le développeur que pour le designer,  que t’inspires cette mise à jour ?

Je n’y vois pas vraiment de points négatifs. Personnellement, je suis un grand fan de la nouvelle gestion des menus ainsi que des custom post types. Là, je crois que WordPress a fait un grand bond en avant. Depuis qu’ils sont disponibles, tous les sites que je fais pour des clients les utilisent et c’est tellement simple à utiliser. Un vrai plus pour le client.

La 3.1 pointe le bout de son nez et j’attends de voir ce que vont donner les « post formats ». Je suis un grand fan de Tumblr, j’y ai d’ailleurs mon blog perso, franc.is et j’avoue qu’une alternative que l’on peut gérer et héberger peut être intéressante. Maintenant, ce qui me fait peur c’est la volonté d’Automattic de vouloir toucher un peu à tout et du coup, j’ai un peu de mal à voir comment on peut aussi bien avancer vers le CMS et aussi vers le microblogging sur un même produit. Je ne suis pas encore convaincu. Mais pourquoi pas !!

Le nouveau thème par défaut remplaçant Kubrick se nomme TwentyTen et offre plusieurs fonctionnalités de personnalisation, faciles d’accès pour l’utilisateur. TwentyTen est-il une bonne base départ pour débuter en design sous WordPress ? Se dirige-t-on vers une simplification croissante dans la gestion des templates ?

Difficile à dire. Personnellement, je trouve que Kubrick était nettement plus simple à appréhender pour le néophytes. Twenty Ten est très bien pour l’utilisateur mais je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure solution à utiliser comme base de départ à la création de thème. Un thème de base tout simple comme Starkers par exemple, d’Elliot Jay Stocks permet nettement plus de souplesse au niveau du code sans avoir besoin de notions en PHP.

A ce sujet, de véritables agences de web-designers ont vu le jour aux USA. Je pense notamment à WooThemes ou encore à StudioPress qui proposent des thèmes WordPress de très bonne qualité à des tarifs imbattables… où se positionne le web-designer freelance que tu es dans ce business model ?

Sujet intéressant puisqu’on s’apprête à rejoindre ce monde avec Peaxl. Personnellement, je n’ai jamais vraiment vu de concurrence entre les créateurs/vendeurs de thèmes premium et les freelance. Chacun travaille dans un domaine particulier. En fait, je crois que ça dépend plus particulièrement du type de clients. Certains ne connaissent rien ou pas grand chose au web design et viennent vers nous soit sans savoir que l’on vend WordPress ou alors viennent parce que l’on vend du WordPress mais qu’ils en ont vaguement entendu parler. Donc, ils ne sont pas encore au stade de savoir qu’il existe des designs tous prêts. Ensuite, il y a justement les clients qui viennent avec un projet précis et un thème en tête et nous demande de le customiser. Ensuite, c’est sûr qu’il y en a sûrement qui ne passent plus par nous et qui choisissent directement un thème et l’adaptent eux mêmes.

Mais franchement, je n’ai pas vu trop d’impact sur mon activité, ni chez celles de mes collègues.

Justement, évoquons à présent ton métier de designer freelance. Pourrais-tu nous résumer ton parcours en quelques lignes ?

Comme dit plus haut, je me suis un peu perdu avant de devenir web designer. J’ai fait une école de commerce où je passais plus de temps à rédiger la fanzine de l’école sur Photoshop et Quark X Press plutôt que sur Excel ou Word !!

Ensuite, j’ai fait un master en logistique à l’ESC Bordeaux puis j’ai travaillé quelques années comme consultant IT dans une SSII. C’est de là, je crois que tout s’est joué. On était en 2000, boom internet. Là, j’ai progressivement bifurqué vers un côté plus créatif. En 2004/2005, j’ai pris des cours aux Beaux Arts de Bâle pour apprendre. J’ai fait de la peinture, du dessin, du graphisme, puis ai progressivement évolué vers le web design pour me lancer en 2006.

Quels conseils donnerais-tu à celui qui voudrait se lancer dans l’aventure aujourd’hui ?

Difficile à dire. Je pense que les deux points importants que je mettrais en avant sont la communication et le style. Savoir bien communiquer est super important, il faut apprendre à se différencier des autres, et donc utiliser au mieux les moyens de communication qui sont offerts. Idem pour le style. Il y a des personnes qui pensent que pour bien s’adapter au client il ne faut pas avoir de style. Personnellement, je pense l’inverse. Je crois que c’est un plus quand les clients viennent te voir parce qu’ils aiment ton style. Bon, là, je parle pour le freelance, pas forcément ce que recherchent toutes les agences.

Donc, bien travailler sa communication, via un blog par exemple !!

Communiquer sur son métier est toujours un plus. Et puis, pratiquer, pratiquer et encore pratiquer pour trouver son style, sa voie et là, une bonne partie du travail sera fait. Cela dit, rien n’est simple, vous ne serez pas seul sur le marché !!

En te remerciant d’avoir pris part avec plaisir à cette série d’interviews, rendez-vous très prochainement pour la suite de ces entrevues mettant en lumière des passionnés de WordPress !

6 commentaires

  1. Jimmy@Taiwan

    un parcours très intéressant.
    en ce qui concerne l’opposition freelance/thème premium, je ne pense pas qu’il y ai réellement un problème, lorsque le client a un besoin spécifique le thème premium aussi beau soit-il ne répondra pas à son problème, par contre le freelance saura utiliser et modifier ce thème premium pour le faire correspondre au besoin du client, ce n’est donc pas une opposition mais une complémentarité que j’utilise tout les jours dans mon activité à Taipei.

Laisser un commentaire