Interview de Bruno Bichet, intégrateur HTML / CSS

Bruno Bichet de css4design nous fait l’honneur de répondre à une série de questions en lien avec la plateforme WordPress. Les réponses dans la suite de l’article du point de vue de l’intégrateur Web !Bonjour Bruno ! Merci à toi d’avoir accepté cet interview pour WordPress Channel. Pour commencer, pourrais-tu nous dire qui tu es en quelques mots pour nos lecteurs.

Je suis intégrateur HTML/CSS et Web-designer depuis 2005 après avoir passé du temps en tant qu’infographiste print et formateur. Je m’occupe de css4design dans lequel j’aborde les sujets liés au développement Web en général avec une pensée particulière pour WordPress qui tient une place assez importante dans ma ligne éditoriale. Je m’intéresse également à JavaScript avec js4design.

Côté WordPress, j’ai wp4design dans les cartons. Je voulais faire la même chose qu’avec js4design en direction de WordPress, mais il se trouve qu’il existe énormément de blogs sur ce créneau : je vais essayer d’y regrouper quelques thèmes WordPress quand j’en aurais le courage, à moins qu’une autre idée me vienne à l’esprit…

Tu es donc intégrateur Web… en quoi cela consiste-t-il précisément ?

Le métier d’intégrateur Web consiste à traduire les besoins des clients en site web. Dans la phase de lancement d’un projet, il s’agit généralement de découper une maquette Photoshop pour la transformer en fichiers (HTML, CSS, images, script, etc.). A cette étape il faut s’assurer de la conformité du site Web avec les standards afin de livrer un code propre, pérenne, évolutif et facilement indexable par les moteurs de recherche.

Lorsqu’on intervient sur un projet déjà lancé, c’est souvent pour faire des mises à jour, corriger des bugs, améliorer le code, optimiser le SEO, améliorer les performances d’affichage des pages, etc.

Quelles en sont les qualités requises ?

Ce métier demande deux qualités souvent contradictoire : faire attention aux détails tout en gardant une vue d’ensemble du projet. En matière de développement Web la curiosité n’est pas un vilain défaut, bien au contraire : il faut sans cesse se tenir au courant des nouvelles pratiques et voir comment on peut les intégrer dans les projets en cours ou à venir.

Selon les entreprises, l’intégrateur se situe entre le graphisme et le développement : il doit savoir dialoguer avec les deux, les mettre d’accord et savoir défendre son point de vue (qui est en réalité celui du client final, c’est-à-dire le visiteur). C’est souvent lui qui repère et doit corriger les problèmes liés à l’ergonomie qui ont la fâcheuse habitude d’apparaitre à ce moment.

Parlons à présent de la plateforme WordPress. A quand remonte ta première expérience ?

J’ai lancé css4design en juin 2006 sur la plate-forme Dotclear et j’ai switché environ un an plus tard pour WordPress qui à l’époque évoluait plus rapidement, avec tout ce qui va avec en terme de développement des ressources disponibles (tutoriels, plugins). Ceci dit, j’utilisais déjà WordPress.com depuis fin 2005 et j’avais eu l’occasion de me rendre compte des qualités du back-office.

Tu utilises donc WordPress au quotidien. Quels en sont tes principaux usages ?

J’utilise WordPress à titre personnel pour mes différents blogs et j’ai eu l’occasion d’utiliser ce CMS dans le cadre de prestation de création de sites web pour des clients tels que PME, associations ou particuliers, lorsque je travaillais en freelance.

Curieusement, j’ai rarement utilisé WordPress en entreprise (ni aucun autre CMS, d’ailleurs) : j’ai presque toujours travaillé sur des développements « maison » en relation étroite avec des graphistes et des développeurs.

WordPress 3.0 a apporté son lot de nouveautés dont les custom post types, les menus de navigation et bien plus encore… ton avis sur cette mise à jour ?

Pour tout dire, je n’ai pas encore eu l’occasion de mettre en place les custom post types ou les menus de navigation, mais je me suis tenu au courant de l’évolution de ces nouvelles fonctionnalités bien avant la sortie officielle de la version 3.0. qui sont une vraie « tuerie » !

C’est ce qu’il manquait à WordPress pour entrer officiellement dans le monde des CMS, sans avoir à rougir devant les mastodontes du marché que sont Drupal, Joomla et consorts.

Qu’attends-tu de WordPress pour ces prochaines années ?

J’aimerais que l’équipe chargée du développement fasse une pause sur les fonctionnalités (les plugins sont là pour ça) pour s’attaquer au moteur lui-même : uniformiser les fonctions (dénomination, ordre des arguments, etc.), dépoussiérer les parties du code qui datent et pourquoi pas, passer au tout objet pour faire plaisir aux plus exigeants !

Ta principale contribution à la communauté WordPress ?

J’aime penser que mes articles sur WordPress font de moi un contributeur enthousiaste à défaut d’être régulier. Quand j’écris un billet, j’essaie toujours de voir si ce dont je parle peut être utile pour l’utilisateur de WordPress.

Quel message souhaiterais-tu adresser aux utilisateurs qui débutent avec WordPress ?

La première chose que l’on fait quand on débute, c’est de chercher des ressources. Mon message serait que chacun essaie de fournir des conseils à son tour lorsqu’il maitrise un peu le bouzin. Ne pas s’inquiéter de savoir si les sujets ont déjà été traités par quelqu’un d’autre : chaque lecteur est unique et peut être sensible à votre style ou votre manière d’expliquer les choses.

Merci de m’avoir donné la parole sur ce sujet qui me passionne et à bientôt !

En te remerciant d’avoir pris part avec plaisir à cette série d’interviews, rendez-vous très prochainement pour la suite de ces entrevues mettant en lumière des passionnés de WordPress !

4 commentaires

Laisser un commentaire