Installer WordPress en local avec Local by Flywheel

Développer un site WordPress en local avant de le mettre en production est une méthode de travail largement répandue. Néanmoins, les outils mis à disposition des développeurs que sont MAMP sous MacOS ou WAMP sous Windows ne sont pas toujours simple d'utilisation. C'était sans compter l'apparition de Local by Flywheel, un nouvel outil qui gagne en popularité. Il permet le déploiement rapide de machines virtuelles contenant des instances de WordPress au travers d'un assistant utilisateur réellement bien pensé. Re-découvrez le bonheur de développer en local sans plus tarder.

L’importance des environnements identiques

Pour développer un site Web dans de bonnes conditions, il est essentiel de déployer des environnements de travail qui soient identiques. Quand vous louez un serveur d’hébergement Web pour un site WordPress, l’architecture classique repose sur Linux, Apache, MySQL et PHP (LAMP) ou Linux Nginx, MariaDB et PHP (LEMP) pour une approche plus moderne. Ainsi, lorsque vous développerez sur votre serveur local, il conviendra de reproduire ce même environnement de production de manière à éviter des soucis par la suite :

Je ne comprends pas, cela fonctionne très bien en local !

Jusqu’à présent, il était nécessaire d’installer un logiciel comme MAMP pour déployer le serveur Web. Une des nombreuses limites de ce type de configuration concernait le fait d’isoler les instances de WordPress entre elles au sein d’un même environnement.

Les apports de Local by Flywheel

Cette prise de tête appartient désormais au passé grâce à Local by Flywheel qui automatise ce processus. Concrètement, ce logiciel utilise VirtualBox pour créer une machine virtuelle qui abritera l’environnement de développement. Chaque instance de WordPress est ensuite compartimentée grâce à la technologie Docker. Vous pouvez ainsi développer un site WordPress sous Apache et un second sous nginx sans problèmes. Bref, c’est du propre !

Côté fonctionnalité, Local by Flywheel nous propose de :

  • Créer des sites en personnalisant notre environnement de développement ;
  • Accéder facilement à la base de données via le script Adminer – un genre de phpMyAdmin portable, ou Sequel Pro sous MacOS ;
  • Générer un certificat SSL – notez que le HTTPS sera indispensable pour tout site WordPress avant la fin de l’année ;
  • De journaliser les mails envoyés via MailHog ;
  • De fournir un accès externe à votre site via Live Link ;
  • Créer des instances modèles appelées Blueprints pour automatiser le déploiement de nouveaux sites ;
  • Supporter WP-CLI pour envoyer des commandes via SSH ;

Autant dire que nous sommes gâtés avec les dernières innovations en matière de développement délaissant une solution comme MAMP sur le bord de la route.

L’intérêt de fournir un tel logiciel gratuitement repose sur la vente d’hébergement parfaitement compatible. Une nouvelle fonctionnalité sera d’ailleurs proposée prochainement pour migrer en un clic d’un environnement local vers la production… cela risque de plaire à nombre d’utilisateurs.

Comment créer un site WordPress en utilisant Local by Flywheel ?

Commencez par télécharger Local by Flywheel puis installez-le sur Mac ou PC. Notez que ce dernier avoisine les 500 Mo.

Une fois installé, lancez l’application puis cliquez sur l’icône en forme de plus pour ajouter un nouveau site.

Étape n°1 – Configuration du site

Un assistant se lance alors en vous invitant à saisir un nom pour votre site.

Dans l’onglet Advanced Options, 3 options complémentaires s’offrent à vous :

  • Modifier le nom de domaine local pour votre site sans avoir à modifier manuellement son fichier hosts via le Terminal ;
  • Spécifier l’emplacement du dossier local – vous pouvez définir cela dans les préférences générales de l’application en indiquant le répertoire Sites par exemple ;
  • Utiliser un Blueprint, c’est-à-dire un site modèle déjà existant ;

Pour passer à l’étape suivante, cliquez sur Continue.

Étape n°2 – Configuration de l’environnement

C’est ici que nous allons définir l’environnement de développement en tenant compte du futur environnement de production. On pourra par exemple choisir de travailler avec PHP 7.0.3 et MySQL 5.6 sous Apache.

Ces réglages correspondent aux pré-requis techniques de WordPress.

Pour passer à la dernière étape, cliquez sur Continue.

Étape n°3 – Configuration de WordPress

Comme pour n’importe quelle installation de WordPress, vous devez choisir un identifiant, un mot de passe et une adresse e-mail. Vous pouvez laisser le mail par défaut et utiliser MailHog pour accéder à tous les mails sortants du serveur local.

 

L’onglet Advanced Options vous permettra d’activer le mode multisite de WordPress.

Pour finaliser les opérations, cliquez sur Add site.

Une fois le site créé, vous disposez d’un onglet dédié vous permettant d’accéder à l’administration de WordPress ainsi qu’à l’ensemble des réglages propres à l’environnement de développement que nous venons de déployer.

 

Un ensemble d’options cachées sont accessibles depuis le menu contextuel.

 

L’accès SSH lance par exemple un Terminal. Saisissez la commande wp pour exécuter WP-CLI. Pratique non ?

Vous l’aurez compris, je suis particulièrement fan de cet outil qu’est Local by Flywheel. Il est particulièrement adapté au développement local de sites WordPress et nous pouvons attendre des évolutions prometteuses dans les prochaines versions.

Êtes-vous un utilisateur de cette solution ? Des alternatives à recommander ?

15 commentaires

  1. Thomas

    Merci Aurélien
    Ça fait plusieurs semaines que j’ai envie de tester cet outil qu’on m’a recommandé, ton article m’a convaincu.
    Après, si on n’utilise plus Local, peut-on repasser à Mamp ? Ou faudra-t’il tout reconfigurer pour chaque site ?

  2. Pascal

    Bonjour Aurélien, moi aussi j’utilise FlyWheel, après avoir utilisé WAMP pendant des années et testé d’autres solutions telles que XAMPP . Pour un environnement de test en local, je n’ai rien à redire, il fonctionne à merveille dans un environnement très proche de ce que j’ai en prod (NGINX / PHP 7.1.x / MariaDB).
    Et j’ai été séduit dès les premiers essais, par la facilité d’installation et d’utilisation, par la stabilité de l’ensemble, par Live Link… la liste des avantages est assez longue. Pour le moment, que du positif.
    Par contre, c’est du dédié WordPress, ce qui me limite un (tout petit) peu vu que je développe aussi des solutions à base de frameworks autres. Mais je ne changerai pas pour autant

  3. Martial

    Testé et adopté ! Autant sous Windows que MacOS.

    Seuls reproches à lui faire :
    – Impossible de choisir le préfixe de db. Il faut donc installer le site puis seulement aller le modifier dans le wp_config et recommencer l’installation. Ou alors utiliser un plugin de modification de préfixe après…
    – Récupérer un dépôt git comme nouvelle installation (via l’interface de local) n’est pas possible.

    1. Aurélien Denis auteur de l’article

      Oui le choix du préfixe n’est pas disponible et je conseille également de le faire via une extension plutôt que de faire une installation manuelle. Exact pour le dépôt Git, j’ai testé également mais tu ne peux rien faire en SSH tant que le WordPress n’est pas installé. Merci de ton retour !

  4. Grégoire Noyelle

    Merci Aurélien. Je pensais écrire un article. Je mettrai donc un lien vers ton site à la place
    Je confirme que l’outil est génial; je n’utilise plus que ça en formation. Nous avons eu par contre eu quelques soucis sur des postes Windows qui avaient des anti-virus.

  5. Torlax

    En revanche il manque une fonction clé selon moi : la possibilité de synchroniser son travail en toute transparence entre plusieurs machine via Dropbox ou GoogleDrive. Il y’a un post à ce sujet sur les forums de Local-by-flywheel, mais ça reste de la bidouille et je n’ai pas réussi à la faire fonctionné.

    1. Aurélien Denis auteur de l’article

      Synchroniser les données de site reste largement faisable via un service cloud ou un NAS Synology par exemple, reste la VM de VirtualBox. Le but du local c’est de faire du local, sinon autant prendre un serveur.

  6. Ctout'

    Bonsoir,

    je viens de passer à Local après une bonne période sous MAMP, et j’apprécie beaucoup la simplicité de ce nouvel outil. Toutefois, je tâtonne encore et ne vois pas où accéder à l’arborescence pour créer un thème enfant… Sauriez-vous m’aider ? Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Thèmes & Plugins
Premium By WP Channel

WP Alacarte propose des produits et services de qualité
made in France pour la plateforme WordPress.

Tout est prêt pour créer votre site à la carte !

  • Thèmes et extensions premium
  • Facilité d’utilisation garantie
  • Temps de chargement optimisé
  • Personnalisation avancée
Découvrir

Rejoignez la communauté WordPress !

Faites partie de l’aventure en devenant membre d’une association WordPress. Conférences, ateliers, BarCamp, WordCamp… Venez
partager votre passion pour WordPress !

Aurélien DENIS,
président des associations WordPress Francophone et WPMX